113... non ce n'est pas la valeur de mon QI (qui est forcément supérieur n'est-ce pas?, ;-)...)

C'est approximativement le nombre de piqures que nous avons endurées pendant 3 ans... la majorité dans le gras bien fourni de mon bide, et quelques unes dans celui de mon humble postérieur. Chaque traitement était un nouvel espoir d'être parents, chaque fois déçu.
Alors bien sûr on est prêt à tout quand on désire à tous prix fonder une famille, mais parfois la souffrance physique et morale dépasse l'imagination... Ces P----- d'hormones ça déglingue vraiment le cerveau. Quant au petit homme qui regarde tout ça sans savoir quoi faire, et bien il subit, il supporte sa femme hystérique stoïquement, et souffre en silence.

Alors forcément quand le bébé arrive tout seul, on se pose plein plein de questions...